La chute d’Adam.

La chute d’Adam :

Tel un torrent bouillonnant, gonflé par la pluie,

La vie tantôt espiègle tantôt farouche,

Charrie la bête immonde

Au bon gré de sa fantaisie,

Il faut bien se garder de prendre la mouche

Qu’importe l’état du monde.

 

La sombre silhouette petit à petit se dessine,

Tapis au fond de cette caverne le loup aigris s’amène,

Attendant le déclin le prédateur refrène

Ses instincts. A l’envie on le devine à sa mine.

 

De succomber à de ténébreux présage,

Dont c’est l’usage, dans cette société sans partage,

Il consomme pour le moins, avec une avidité sans égale,

De manière non frugale, des consommables.

 

De par sa cupidité, cet hominidé

Aveuglé qu’il était, accélère la cadence

Consommateur sans être acteur, il est consumé,

Cela est fait avec outrance et arrogance

 

(Petit essai à la poésie,

C’est ainsi que je m’initie,

L’inspiration m’est venue en conduisant,

Je vous en prie soyez indulgent. : )

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :