Josiah, 5 ans

C’est à Prattville-Millbrook que nous emmène l’histoire de cette semaine, auprès de Josiah Duncan, 5 ans et de sa mère, Ava Faulk.

Un soir, Josiah et sa mère Ava se rendent dans une Waffle House*. Devant celle-ci se trouve un homme dont l’allure trouble quelque peu le petit Josiah. Il se tourne alors vers elle et demande pourquoi il est vêtu ainsi.

« C’est un sans-abri » lui dit-elle.

« Qu’est-ce que cela signifie ? » demande-t-il intrigué.

« Cela signifie qu’il n’a pas de maison » répond sa mère.

L’enfant se trouve alors, comme tout les enfants de son âge, perplexe et pose une multitude d’autres questions :

«  Pourquoi n’a-t-il pas de maison ? Où est sa famille ? Où est-ce qu’il range ses courses ? »

« Il n’a pas de nourriture » répond-elle a sa dernière question.

Cela perturbe Josiah qui ressent alors le besoin urgent de faire quelque chose pour lui. Il prie sa mère d’acheter quelque chose à manger à l’homme. Bien sûr, sa mère accepte. Elle va chercher l’homme qui entre alors à l’intérieur et s’assoit. Mais personne ne vient s’occuper de lui.

« Josiah saute alors sur pieds et lui demande s’il a besoin d’un menu, parce qu’on ne peut pas commander sans menu » raconte Ava.

Après avoir assuré à l’homme qu’il pouvait commander ce qu’il voulait, il demande un hamburger au bacon et attend qu’il arrive.

Mais avant que l’homme ne puisse en prendre une bouchée, Josiah insiste pour faire quelque chose. « Je veux dire le bénédicité** avec lui,» déclare-t-il.

Sous le regard attentif des 11 autres clients, Josiah chante, aussi fort que sa petite voix le lui permet, le bénédicité : « Dieu notre père, Dieu notre père, nous te remercions, nous te remercions pour toutes nos bénédictions, pour toutes nos bénédictions, amen, amen. »

« L’homme s’est alors mit a pleurer.  » Moi aussi, avoue Ava, et les clients également »

Cette action a particulièrement touché Ava. « Vous ne savez jamais qui sur terre est un ange. Et quand l’opportunité se présente à vous, vous ne devez pas l’éviter. Voir mon fils toucher ces 11 personnes ce soir, restera pour toujours un de mes plus grands accomplissements en tant que parent… » déclare-t-elle émue.

Cette histoire me rappelle un souvenir qui m’est propre et c’est la raison pour laquelle elle me touche particulièrement. Les enfants, à l’instar des adultes donnent sans réfléchir, sans plan, sans calcul ou regret. Bien évidemment, cela leur est plus facile car ils n’ont pas les contraintes que nous avons en tant qu’adulte. Néanmoins je pense qu’Ava a raison et que son fils a fait la chose juste.

Josiah a vu quelqu’un dans le besoin et lui a fait face. C’est ainsi que l’on fait la différence. De cela je suis convaincue. Il ne s’agit pas de donner à chaque fois (personne n’est assez riche pour cela***) mais de faire face à la réalité et de tenter, d’une façon ou d’une autre, de faire la différence.

* Waffle House : littéralement maison de la gaufre. Il s’agit là de leur spécialité mais évidemment, on peut y commander plus de choses.

**Bénédicité : c’est une prière religieuse que les Américains affectionnent de dire avant de manger afin de remercier Dieu de ce qui se trouve sur leur table.

*** enfin si, mais nous non donc osef des riches.

Source :

http://www.wsfa.com/story/29086720/5-year-olds-touching-gesture-feeds-homeless-man-at-waffle-house

WSFA 12 News et Ava Faulk

1 commentaire sur “Josiah, 5 ans”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :