La comédie Française : En Marche !

Bienvenue cher public ! Laissez moi vous accueillir dans ce lieu grandiose
ou le spectacle fait pignon sur rue, de manière physique ou virtuel, peu importe aujourd’hui tout va trop vite ! Comment se rendre compte de la réalité des choses, réel ou immatériel qu’importe, les faits sont écrits,
nos consciences les conçoivent ! Votre humble serviteur s’en va vous narrez une pièce ! Le grotesque et la
farce se dispute au tragique de la réalité de notre vie à nous autres contemporains.

 

Lieux : Palais de l’Elysée, l’une des plus prestigieuses Chancellerie du monde politique, qui à vu nombre de personnalités occuper les lieux.
Somptueux palais, avec diverses armoiries gravées dans l’or, de magnifiques rideaux aux teintes royales, de vertigineux lustres éclairants de mille feux
les pièces savamment  un luxe loin de toute prodigalité. N’importe quel quidam pénétrant dans ce lieux rempli d’histoire sera indubitablement frappé par l’excès des apparats qui rappel les grandes heures de gloire de la France.

La salon Cléopâtre à l’Elysée .

Nous voici donc, tous timides visiteurs que nous sommes face à deux hommes qui se tiennent derrière leurs pupitres, admirons leurs mines pleines
d’assurance et de confiance. Nous nous apprêtons donc à écouter avec force  conviction leurs discours savants et remplit de sagesse qui leurs ont
permis d’accédés aux plus hautes fonctions dans leurs pays respectifs !  

Emmanuel Macron, Président de tous les Français :

Bonjour à vous oh prestigieux Stefan, noble chef du gouvernement Suédois, c’est pour moi une immense joie et un honneur que de vous accueillir dans ma prestigieuse demeure, où les Français m’ont demandé de siéger, un vote historique, pour les dirigés dans ces sombres heures que nous vivons ! Dit maître Macron sur son pupitre perché.

Alors que les loups extrémistes hurlent aux portes de nos villes, que la misère s’installe en leurs seins, que nos campagnes se voient envahies par
des hordes de réfugiés fuyant la guerre et la misère, que les plus démunis des citoyens peine à se loger dans des immeubles insalubres, que les plus
jeunes actifs ne trouvent que portes closes lors de leurs innombrables entretiens d’embauches, que les plus anciens ouvriers offrent d’innombrables
concessions pour garder leurs durs labeurs sans jamais voir leur salaire augmenter  ne serait-ce que de quelques pièces d’or, ces gens-là, m’ont
demandés à moi le tout puissant Emmanuel Macron, encore inconnu du grand public il y ‘a quelques années, dans leurs grandes majorités et après une intense réflexion (médiatiques) de prendre les problèmes du pays à bras le corps et je l’ai accepter ! Dit-il dans un souffle.


Présentation un peu pompeuse songea le sobre Nordique.


Stefan Löfven, Premier ministre Suédois :

Hum eh bien merci à vous de m’y avoir convié fier Emmanuel.. dit-en hochant la tête le premier ministre Suédois.

EM : Ah joie ! Quel plaisir de pouvoir converser avec un homme qui est à la tête d’un pays en plein essor économique ! Vos 4% de croissance sont un don
du ciel quant-on voit le marasme dans lequel est empêtré notre bel et prestigieuse Union Européenne ! Nous sommes hélas bien loin des prédictions
faites à votre peuple qui détermina la non adhésion à la monnaie unique européenne en l’an de grâce MMIII (2003, le peuple suédois dit non à
l’Euro-monnaie par référendum).

SF : En effet bien que nombres de politiques et de médias aient promis l’enfer économique, la récession, le chômage, des déficits d’une ampleur inégalée et un isolement international, le peuple Suédois peu se targuer d’avoir déjouer les hospices les plus défavorables ! La sobriété et le pragmatisme
de notre gouvernance s’est révéler un bien meilleur levier de croissance que l’hyper libéralisation que nous promettait l’économie Anglo-saxonne. Les
chiffres sont sans appel quant ont les comparent aux pays qui ont ouverts leurs portes à la supranationalisation de leurs économies ! Dit Stefan avec
un petit sourire au coin des lèvres.

A ces mots maître Macron senti comme un goût d’amertume dans la bouche, il ravala péniblement sa salive..

EM : Hum..eh bien sans doute mes prédécesseurs ne se seront pas bien acquitter de leurs tâches.. Pour ma part je prévois de grandes choses pour
œuvrer à la réussite de cette économie mondialisée ! Déjà j’ai pris des mesures qui annoncent une salubrité des finances publiques ! J’ai commencé
par diminuer les allocations pour les plus nécessiteux, 5 euros en moins par mois pour les étudiants et les bas salaires sur l’aide au logement, voilà
économie substantielle ! 

 De plus j’ai aussi décidé dans mon infinie sagesse de diminuer la dotation aux petites communes d’environ300 Millions d’Euros et dans le même temps de demander à nos armées de raboter 850 millions d’euros de budget de fonctionnement d’ici la fin de l’année.
Dans le même temps pour rassurer les législateurs je leurs aient octroyer une hausse de leurs pensions, en supprimant la CSG de leurs feuilles de
paie, ainsi ils toucheront 467 € de plus par mois, voila qui devrait me mettre à l’abri de leur ires. J’ai aussi mis au ban le projet de loi sur la
moralisation de la vie publique, exit le casier vierge, cela fera un argument de campagne pour les 2 ou 3 prochaines élections à venir et le
petit peuple débattra avec force de convictions sur le bien fondé de tel ou tel parti qui prônera ce sujet ricana Macron.
Ne voyez-vous pas la finesse de mon raisonnement ? Demanda maître Macron à son homologue Suédois.

Celui-ci hocha cérémonieusement la tête.

EM : Eh bien c’est pourtant simple ! Il faut taper sur les plus faibles et les muets (l’armée cette grande muette) car ceux-ci ne peuvent que
difficilement se défendre n’est-ce pas ? Tout en engraissant de privilège
les politiques et les législateurs qui pourraient me faire barrage, je
m’assure de noyer l’opposition que l’on pourrait me faire.

Le Nordique resta silencieux face à un tel déni de démocratie.

EM : Bien sur bien sur tout puissant que je suis, les sondages ont l’air d’indiquer un rapide effondrement de ma popularité… « 36 % de soutient après
seulement 3 mois de pouvoir c’est honteux » s’écria un homme en colère dans le public.

*légère toux* Muhhum et donc bien évidemment on pourrait croire à l’incompétence de mon premier ministre qui semblait ignorer la situation budgétaire  du pays mais ca serait ignorer ce qu’est un politique aujourd’hui !

SF : Bien sur et vous qui êtes omniprésent dans les médias, héliporter dans un sous-marin nucléaire, en tenue de pilote d’avion de chasse sur une base
militaire, vous incarnez parfaitement l’homme politique mis en place par l’aristocratie financière. Tout en gesticulant vous obnubilez le travailleur
lambda et par vos simagrées le distrayez pendant que vous sapez leurs acquis sociaux obtenus sur des décennies de luttes sociales. Vous êtes le parfait produit de consommation qui fait rêver les ménagères…

 A ces mots maître Macron ne se sent plus de joie.

SF : …mais prenez garde, tout consommable à une date de péremption…

Les rideaux s’abaissent, les lumières s’éteignent.

C’est tout pour aujourd’hui mes amis ! Peut être vous narrerais-je, la prochaine fois, la suite de ce conte du XXIème siècle ou la vie quotidienne et moribonde ressemble d’avantage à une farce qu’aux miracles qui devrait nous émerveiller.

                                                                                                                                                                                                          Becker Laurent.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :