Société, démocratie : La fable démocratique US

Dans l’imaginaire collectif l’état Fédéral US est un exemple de réussite de démocratie du type Occidental, principalement grâce aux relais dans les médias, radios, pop-culture musicale et dans l’industrie du divertissement ou du cinéma hollywoodien. Tous ces relais ainsi que le système éducatif mis en place par les pouvoirs dans le monde Occidental nous laissent baigner dans une atmosphère de liberté et de réussite si l’on s’en donne les moyens.

Mais qu’en est-il en réalité ? Sommes nous réellement en démocratie, libre de dire, penser et faire ce que nous pensons juste ?

Tout d’abord nous devons garder à l’esprit que nous vivons dans un monde capitaliste, à tendance ultra-libérale ou rien ne doit entraver la libre circulation des capitaux.

Qu’est-ce que cela veut-dire, libre circulation des capitaux ?

Tout simplement que l’argent doit pouvoir circuler en tout temps et toutes circonstances sans qu’aucune barrière matérielle ou immatérielle ne vienne l’entraver. Principalement pas de droit de douane et surtout pas besoin de l’aval d’un gouvernement pour transférer d’énormes sommes d’argent.

Les cas d’Apple et de Starbuck sont par exemple bien connus du grand public. Grâce à la libre circulation des capitaux des évasions fiscales de grande ampleur peuvent voir le jour, tout en s’assurant de la complicité de certains politiques qui vont avantager les lois et l’optimisation fiscales dans bon nombre de pays soumis au soft-power US.

(Soft-power = puissance douce, utiliser l’influence d’un pays pour convaincre son interlocuteur de se rallier à sa cause sans utiliser la force)

C’est ici la base de la politique étrangère US, la démocratie, les droits de l’homme, comme cheval de Troie pour pouvoir faire main basse sur les ressources hors du territoire américain.

Evidemment cet exemple n’est valable que pour les pays riche, dits industrialisés, grosso modo le G20, des pays disposant d’institutions fortes (pour combien de temps ?). Dans les pays plus démunis, plus pauvres, pas question de starbuck ou d’iphone, certes nos pays industrialisés servent de débouchés aux produits finis mais il faut d’abord pouvoir s’accaparer les ressources qui permettront de créer ces milliards de chiffres d’affaires, que nos politiques laisseront partir sans rien y gagner pour l’état et son peuple.

Pourquoi ai-je évoqué « la fable démocratique US » ?

La démocratie, c’est ce qu’on entend à longueur de journée dans l’enseignement, dans le cinéma, les jeux vidéos et dans les médias: l’idée qui est propagée c’est que les USA (et leurs pays satellites comme la France et le Royaume-Uni) militent et interviennent dans le monde pour diffuser la liberté (démocratie) et les droits de l’homme ainsi qu’une élévation du niveau de vie. Alors qu’en observant l’Histoire tout indique le contraire.

Bien sûr l’Histoire est écrite par les vainqueurs et les livres d’Histoire ne sont jamais réellement instructifs sur les causes d’un conflit car ils ne prônent qu’une vision de ce conflit et en occultent bien d’autres. Pour savoir la vérité il ne faut pas hésiter à se plonger dans quantités d’ouvrages parlant de ce conflit mais de points de vue différents. En recroisant les sources il est plus aisé d’avoir une vision globale de la situation post-conflit et du pourquoi du comment nous en sommes arrivés là.

Avec le temps il devient possible d’accéder aux dossiers classés confidentiels archivés. Aujourd’hui l’ont peut aisément accéder au dossier top secret de la Seconde Guerre Mondiale et du début de la guerre froide. Ces documents archivés et longtemps restés sous le sceau du secret permettent d’avoir une vision bien plus proche du terrain et plus concrète des sommets politiques parfois gardés secret, des conversations lors des réunions, des rapports de missions menées discrètement etc etc.

Cela permet donc d’améliorer la compréhension d’événements passés qui ont parfois des répercussions encore aujourd’hui et éclairent d’un nouveau jour le pourquoi nous avons pu en arriver là, sans quoi la situation a parfois du mal à être claire pour les moins informés.

C’est particulièrement instructif par rapport à la politique extérieure américaine qui déclassifie ses archives régulièrement.

Cet article du Télégraph explique que la déclaration Schuman, déclaration fondatrice de l’Union Européenne, est en fait issue du gouvernement américain, comme les documents déclassifiés le prouvent: l’idée vient de Dean Acheson Secrétaire d’Etat américain.

Si vous désirez en savoir plus sur ce sujet je vous invite à lire cet article que j’ai écrit l’année dernière.

Sommes-nous libres ?

Dans les démocraties occidentales nous disposons d’une certaine aire de liberté, nous pouvons critiquer nos gouvernements, manifester, en veillant à rester dans le carcan législatif, faire des pétitions, ou même depuis qu’internet existe créer des chaînes sur Youtube ou des blogs d’information dits alternatifs pour tenter de révéler les informations que les principaux médias occultent ; car ils ont de manière générale des intérêts avec des firmes qui les sponsorisent via des encarts publicitaires onéreux.

C’est pour cela que nous jouissons d’une certaine liberté mais très encadrés, nous pouvons critiquer certains gouvernements mais pas tous, nous pouvons critiquer certaines entreprises mais pas toutes. Il y a des tabous dans notre société occidentale et beaucoup préfèrent détourner le regard plutôt que d’affronter la réalité de la vie et continuent de se bercer d’illusions démocratiques tout en pensant que nous sommes libres de penser et de parler.

Ce qui malheureusement aujourd’hui n’est plus exact.

Il est interdit de remettre en question les déportations de la Seconde Guerre Mondiale, interdit de contredire notre gouvernement (français) sur une certaines collusion avec des djihadistes encadrés par des militaires français en Syrie et en Irak. Aux USA il est interdit de demander des commissions d’enquête civile sur les attentats du World Trade Center, qui a eu comme résultat une décennie de guerre au terrorisme, qui n’en finit pas de nous frapper jour après jour. Quant aux prisons de type Guantanamo, qui bafouent les droits de l’homme, le sujet n’est que très très rarement abordé et ne donne jamais lieu à de réels débats sur leur légitimité imposée par le gouvernement américain.

Nous sommes libres mais pas trop, les règles sont clairement définies, faire semblant d’être libre et profiter de ce que le système nous offre en acceptant les limites, ou tenter de les outrepasser et s’attirer les foudres du système. En politique le parti UPR (Union Populaire Républicaine) milite pour briser ce carcan et tente tant bien que mal d’informer la population Française. Il y a aussi quelques célébrités qui ont décidé de s’engager contre ce système et qui sont mis au ban du show-business qui tente de les faire taire à coup de procès ou de stigmatisation par les médias devenus dociles quand il s’agit de montrer sa bonne volonté envers le système.

Ce qui leur permet de ramener encore plus de pubs et donc d’argent à leurs sociétés (un système gagnant-gagnant donc).

De ce fait tout ne peut pas être révélé par la télévision, la radio ou la presse écrite. Bien que des documents top secret soient déclassifiés régulièrement il est très rare de voir les médias s’en servir pour donner de la véritable information au public.

Pourtant il y a beaucoup de choses intéressantes qui nous permettraient de comprendre dans quel système nous vivons.

Je vais à présent parler de la politique étrangère américaine.

Depuis la Seconde Guerre Mondiale qui a entraîné  la chute du Royaume-Uni et de la France comme principales puissances géopolitiques mondiales, l’URSS et les USA ont pris la relève. Suite à l’effondrement du bloc soviétique il n’est resté que les USA comme hyper puissance mondiale, qui pendant plus d’une décennie a dominé et continue encore de dominer aujourd’hui mais voit ses positions s’éroder de toute part.

Un empire sur le déclin donc.

Pour autant la politique US continue de se comporter comme si le monde était unipolaire. Pour les USA il n’existe aucun partenaire, aucun allié. Quand l’Amérique ordonne ses pays satellites doivent s’exécuter.

(Le cas du Royaume-Uni est un peu particulier nous l’aborderons peut-être une autre fois.)

Lors de l’invasion de l’Irak en 2003, sans avoir l’aval de la communauté internationale, en défiant le conseil de sécurité de l’ONU, les USA ont tout de même pris l’initiative d’envahir ce pays en toute illégalité.

Collin Powell le secrétaire d’Etat à la Défense a même exhibé un flacon avec une poudre blanche devant le conseil de sécurité de l’ONU en affirmant que l’Irak de Saddam Hussein détenait de l’anthrax et des armes de destruction massive. Aujourd’hui le monde entier sait que cela était faux mais aucune poursuite n’a été entamée contre le gouvernement US.

Il [le gouvernement US] affirme se battre pour la liberté et les droits de l’homme comme on peut le voir dans les films et dans les jeux vidéo américains mais des cas comme celui-là, comme les contractors au Nicaragua, les interventions en Libye, Syrie, Afghanistan, Somalie ou en Amérique du Sud sont toujours à l’opposé de leurs belles paroles.

Les personnes aimant comprendre et fouillant l’histoire dans ses moindres détails finissent par comprendre la vérité mais le grand public lui ce contentant de la diarrhée journalistique déversée par la télévision, ne comprend pas réellement ce qui se passe et a tôt fait de se divertir par les programmes toujours plus abrutissants en prime-time offert à nos cerveaux fatigués de nos journées interminables de travail où la pression sociale est extrêmement pesante.

Sans parler du niveau de vie toujours plus nivelée par le bas pour la classe ouvrière qui est toujours plus pressurisée par le crédit, les échéanciers, les factures qui ne leur permettent pas de s’intéresser (en matière de temps) à développer une réflexion sur notre situation et l’état de la société actuelle.

C’est ainsi que le système fonctionne; si nous ne prenons pas le temps de la réflexion, les choses continueront d’aller de mal en pis sans savoir ce qui cloche, en subissant toujours plus nos vies baignées par le divertissement mais n’osant jamais remettre le système en question, système qui a été mis en place dans l’intérêt d’une poignée de personnes allant à l’encontre de l’intérêt commun.

Ce système-là se perpétuera car les acteurs qui doivent défendre le peuple y trouvent leurs avantages (financiers, célébrités etc) et sont à un autre échelon que la majorité de la population.

La guerre des classes a lieu en ce moment même sous les yeux de tous, qui préfèrent détourner le regard et s’accommoder de ce qu’ils ont alors que la vie pourrait être bien autrement si nous décidions tous de relever le défi.

Un gouvernement est directement responsable du bien-être de sa population, c’est exactement ceci que le capitalisme essaie de nous désapprendre.

A quoi bon sert un gouvernement s’il oeuvre dans le seul but d’une minorité ? Les 8 hommes les plus riches de la planète possèdent autant que 50 % de la population mondiale, soit plus que 3 Milliards de personnes vivant sur terre.

Voulons-nous réellement vivre dans un monde comme celui-là ? 

———————————

Pour ma part non, c’est pour cela que j’ai décidé de créer ce site et d’œuvrer à l’information de manière différente, encourager les gens à la réflexion et les intéresser à l’information, la vraie pas celle qu’on nous sert expressément tous les soirs à 20H.

J’invite toutes les personnes motivées à me rejoindre, à partager, à discuter autour d’eux, l’heure est à la prise de conscience nous ne pouvons plus laisser faire ce système qui saccage nos vies, notre environnement, qui massacre des centaines de milliers d’hommes, femmes et d’enfants dans des guerres illégales et illégitimes, qui oblige les plus démunis aux travaux forcés dans des pays du tiers-monde pour le simple fait de faire de l’argent. 

 

Becker Laurent

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :